Janvier / février / mars 2020

La direction de l’adebCosne se renouvelle !

Après 20 années au poste de directeur de l’adebCosne, Claude Martin passe la main. Sophie Rochard, chargée depuis 2018 de l’accompagnement des porteurs de projet, prend la direction de la structure. Entretiens croisés avec ces deux acteurs du développement économique local.

Depuis sa création, l’adebCosne est chargée d’accompagner les entrepreneurs dans leurs différents projets. Comment a évolué cette activité en 20 ans ?

En 2000, les créateurs d’entreprise accueillis à l’adebCosne arrivaient avec un projet quasiment bouclé et notre rôle était d’intervenir en phase finale. Aujourd’hui, les porteurs de projet arrivent avec une idée et souhaitent être accompagnés durant tout le processus de création d’entreprise.
Les demandes foncières et immobilières ont aussi beaucoup évolué, les entrepreneurs recherchent en grande majorité des terrains viabilisés ou des locaux à louer. Il est aujourd’hui devenu impossible de commercialiser des parcelles qui ne seraient pas préalablement raccordées aux réseaux par exemple.
Dans le même temps, l’émergence des technologies numériques a bouleversé notre manière de travailler. Les échanges d’informations avec nos interlocuteurs se sont accélérés, l’exigence de réactivité s’est accrue alors même que de nombreux dispositifs, tels que les aides économiques destinées aux entrepreneurs, se sont complexifiés.

Aujourd’hui, les porteurs de projet arrivent avec une idée et souhaitent être accompagnés durant tout le processus de création d’entreprise.

L’adebCosne est au service de la politique économique locale. Quelle est aujourd’hui la valeur ajoutée de l’agence ?

L’adebCosne est une structure de terrain, son rôle est d’anticiper les attentes des porteurs de projets pour donner à la collectivité les moyens d’y répondre. Depuis sa création, l’agence est force de proposition pour les projets structurants du territoire : la création du parc d’activités de Val de Loire, le raccordement à la fibre optique ou la construction du centre d’affaires CAMPUS sont autant de projets soumis à l’appréciation des élus locaux. Innovants en leurs temps, ces aménagements prouvent aujourd’hui toute leur légitimité. Le contexte économique actuel est difficile mais notre territoire résiste, notamment parce que nous avons su anticiper la progression des activités tertiaires. Nous devons rester une structure réactive et attentive à l’évolution du monde économique.

Quels axes de travail sont privilégiés pour assurer le développement économique du territoire ?

L’accompagnement des porteurs de projet doit être renforcé pour faciliter l’implantation et le développement des PME. Les élus communautaires ont également choisi de relancer les actions de l’adebCosne en matière de portage immobilier. C’est un non-sens de chercher à attirer des entreprises si nous ne sommes pas en mesure proposer des biens immobiliers adaptés à leurs attentes.
Dans le même temps, des actions seront menées pour solutionner une partie de la problématique du recrutement. Les compétences disponibles localement ne sont pas adaptées aux exigences des entrepreneurs, c’est un frein pour nos entreprises.

Quelle est la priorité définie pour les prochains mois ?

La construction d’une offre immobilière attractive est impérative. Le recensement des biens vacants est en cours, nous évaluerons ensuite la pertinence de chaque projet de réhabilitation. L’objectif est d’aboutir à la mise à disposition de biens adaptés aux exigences des chefs d’entreprise. La réhabilitation de l’ancien bâtiment de l’entreprise Paragon situé à Villechaud est déjà en cours. Les plans du futur hôtel d’entreprises sont définis et les travaux vont prochainement débuter. Des visites ont été organisées et certains locaux sont déjà réservés, ce qui prouve la pertinence de notre démarche.

La direction de l’adebCosne est renouvelée, y a-t-il d’autres changements dans l’équipe ?

En février, nous accueillerons Christelle Gibbs qui assurera exclusivement l’accueil des créateurs d’entreprise. Ophélie Caillot a intégré l’équipe en 2019 au poste d’assistante commerciale. Nous avons souhaité faire évoluer le précédent poste de secrétaire-comptable vers une fonction plus orientée sur la partie commerciale liée à l’activité du centre d’affaires CAMPUS. Ophélie supervise entre autres le travail de Dominique et Pauline qui a elle-aussi été embauchée cette année en qualité d’agent d’accueil, en remplacement d’une salariée partante. L’agence se structure progressivement autour de compétences spécifiques.

Des axes de développement ont-ils été définis pour l’avenir de la structure ?

En 2019, nous avons suivi 209 porteurs de projet. L’agence propose un accompagnement très complet plébiscité par nos interlocuteurs. Étude de faisabilité, étude de marché, business model, business plan, etc., nous intervenons à toutes les étapes des projets qui nous sont présentés. Une fois que le projet est lancé, nous assurons l’intégration de l’entreprise dans son environnement pour qu’elle ait toutes les chances de se développer. Depuis l’année dernière, nous travaillons en collaboration avec Fréderic Berger, chargé de l’accompagnement des entreprises de l’agglomération de Nevers. L’objectif est de favoriser les interconnections entre les acteurs économiques des deux principaux pôles économiques de la Nièvre que sont Cosne-Cours-sur-Loire et Nevers.
Nous souhaitons également renforcer nos actions de conseil aux élus locaux. L’adebCosne doit devenir plus proactive, plus pédagogue aussi, pour faire de chaque élu local un spécialiste du monde de l’entreprise. La structure est une passerelle entre le monde économique et le monde institutionnel local : nous devons contribuer à la construction d’une culture professionnelle commune.